Tempo santé
Dossier

5 questions sur la vue

mercredi 5 septembre 2018

L’œil est une mécanique très complexe composée de différentes « couches » ayant chacune un rôle important dans la vision. La première, à l’extérieur, est la cornée, seule membrane du corps totalement transparente. C’est elle qui permet à la lumière de pénétrer dans l’œil. Une fois entrée, elle rencontre l’iris, la partie colorée de notre œil, en bleu, vert, marron : selon l’intensité de la lumière, sa partie centrale (la pupille) se contracte ou se dilate et laisse passer plus ou moins de rayons lumineux. Ceux-ci traversent ensuite le cristallin qui assure la mise au point afin que les images soient projetées nettes sur la rétine. Grâce à ses millions de cônes et bâtonnets, la rétine les transforme en impulsions électriques et les envoie au cerveau via le nerf optique. Le cerveau, enfin, interprète les images reçues, en commençant par les remettre à l’endroit car elles lui ont été transmises la tête en bas !

NOTRE ŒIL VIEILLIT-IL ?
Tout au long de la vie, notre organisme perd des cellules qui meurent et en refabrique d’autres pour les remplacer.
Mais au fil des ans, il peine de plus en plus à assurer ce renouvellement. Notre œil n’échappe pas à cette règle! Les cellules sont de moins en moins nombreuses dans chacune des structures qui le composent, ce qui les rend moins performantes et nécessite plus de lumière pour compenser ces déficiences. La cornée est d’autant plus exposée à ce phénomène qu’elle abrite une population de cellules, l’endothélium, dont nous héritons à la naissance mais que nous ne pouvons pas renouveler. La rétine, parce qu’elle est grande consommatrice d’oxygène, fabrique en quantité des déchets (les radicaux libres) très agressifs pour ses propres cellules. Quant au cristallin, plus rigide
avec l’âge, il a plus de mal à se déformer pour faire la netteté en vision de près: c’est ainsi qu’arrive la presbytie.

PEUT-ON RETARDER LA PRESBYTIE ?
Le raidissement du cristallin intervient entre 45 et 50 ans, rien ne peut l’empêcher. Mais certaines personnes le supportent mieux que d’autres et sont moins gênées. Contrairement à ce que l’on pense parfois, le fait de retarder le port de lunettes correctrices ne ralentit pas le processus: le cerveau va simplement s’habituer à un certain flou. En revanche, dès lors que l’on porte des lunettes, il n’est plus possible de s’en passer : le cerveau n’acceptera pas de se contenter d’une image floue après avoir connu la netteté! Alors quid des applications d’entraînement cérébral? Dans une certaine mesure, elles peuvent rééduquer le cerveau, lui apprendre à interpréter des images qui lui parviennent floues. Cela permet de mieux supporter la presbytie dans ses débuts, mais en aucun cas de redonner de la souplesse au cristallin ni de stopper la progression de la pathologie.

AU-DELÀ DE 50 ANS, FAUT-IL RENONCER AUX LENTILLES ?
L’âge ne constitue pas une contre-indication au port de lentilles de vision. Mais il arrive qu’on les supporte mal à cause d’un problème de sécheresse oculaire, plus fréquente en vieillissant. La ménopause peut aggraver ce phénomène. Mais des traitements permettent d’en venir à bout et certaines lentilles sont alors plus adaptées. Les lentilles progressives, tout comme les verres, permettent de retrouver une netteté de vision à toutes les distances, et de corriger aussi bien la presbytie que d’autres défauts associés. Les hypermétropes sont souvent très satisfaits des lentilles. Les échecs sont plus fréquents chez les myopes et emmétropes (ceux qui n’ont aucun défaut associé à la presbytie).

NOS YEUX REFLÈTENT-ILS NOTRE SANTÉ ?
En observant les yeux, et a fortiori en pratiquant un examen du fond de l’œil, un ophtalmologue peut suspecter certaines pathologies générales. Par exemple, un blanc de l’œil arborant une couleur jaune peut signaler une maladie du foie : la bilirubine transformée par le foie n’est plus évacuée dans les selles mais se promène dans l’organisme et colore la peau et les muqueuses. C’est sur le blanc de l’œil qu’elle est le plus visible. Autre exemple: les maladies inflammatoires. Elles entraînent des réactions partout dans l’organisme mais la cornée étant particulièrement innervée, cela provoque une très forte douleur au niveau des yeux. Un symptôme qui peut orienter le diagnostic. Enfin, des anomalies vasculaires, des vaisseaux dilatés ou de petites hémorragies décelées lors d’un fond de l’œil peuvent évoquer une hypertension non repérée et non contrôlée.

EXTRAIT de Tempo Santé n°3 – Janvier-Février 2018
ISABELLE GRAVILLON

Crédit photo : @Alexandra Lande

Abonnez-vous et recevez tous
les deux mois votre magazine !

Des progrès médicaux aux médecines naturelles, profitez des conseils de nos experts pour préserver votre santé, votre forme, votre bien être.

Je découvre l'offre

À découvrir aussi

Beauté
5 astuces pour une belle peau
Découvrez 5 bonnes résolutions pour les matins qui chantent. Si les cosmétiques ont un rôle un jouer, une bonne hygiène de vie compte tout autant. 1. Le soir, évitez l’alcool ainsi que les excitants, les plats en sauce, les fritures...
Au naturel
Deux plantes pour une digestion sereine
LE THYM, fleuron de la cuisine provençale, symbole du courage et de la résistance physique, il est aussi un antiseptique efficace pour lutter contre les troubles digestifs. Anti bactérien et antispasmodique, le thym calme les ballonnements, les fermentations intestinales, les...
Forme
Avoir un corps tonique
La posture est comme une signature. Sans nuire à votre langage corporel, ne zappez pas les règles de base pour vous positionner sans douleurs. 1 • ENTRETENIR LA MUSCULATURE Sans une sangle abdominale tonique qui maintient le dos comme une...
Besoin d'aide ?

Appelez-nous au 01 74 31 15 03 (appel non surtaxé)
Du lundi au vendredi de 8h30 à 19h 
et le samedi de 9h à 18h.

Envoyez-nous un courrier
Bayard TSA 10047 59714 Lille Cedex 9

Abonnement au magazine
Vous désirez vous abonner ou gérer votre abonnement ?
S'abonner   Gérer son abonnement